Connexion

Se rappeler de moi

La palette du dépistage du VIH va s'élargir en 2014

La ministre de la Santé vient d’annoncer l’arrivée imminente des autotests du sida. Dès l’année prochaine, un nouvel outil de prévention viendra compléter l’offre actuelle de dépistage, axe majeur pour faire reculer l’épidémie en France.

C’est une nouvelle qu’attendaient impatiemment les associations. 17 ans après les Etats-Unis, la France va autoriser la vente des autotests du VIH à partir de 2014. L’annonce a été faite le 7 novembre par Marisol Touraine qui, après de longs mois d’hésitation, s’est rangée à l’avis favorable du Conseil national du sida (CNS) et du Comité national d’Ethique. « L’année 2014 sera celle de la mise en place des autotests. J’ai donné le feu vert à la demande des autorisations nécessaires pour ces autotests qui permettront à une population limitée mais bien identifiée de pouvoir pratiquer des tests« , a déclaré la ministre. Grâce à cet outil, cette dernière espère atteindre les personnes ne « souhaitant pas se rendre dans les centres de dépistage ni les hôpitaux« .

Comme pour les tests rapides du sida, ou TROD, pratiqués par l’association AIDES, les autotests permettent de connaître son statut sérologique en quelques minutes, sans passer par le monde médical. L’efficacité du TROD (test à orientation diagnostique) a d’ailleurs été saluée par l’Institut de veille sanitaire (InVs), qui rapporte dans une étude un taux de découverte de séropositivité deux à cinq fois supérieur à ceux effectués en laboratoire. Cependant, la transmission du virus doit remonter à au moins deux mois pour que ces deux types de tests soient fiables.


Vidéo de la campagne  » Woody » de AIDES (crédit AIDES par TBWA)

D’après le CNS, l’arrivée des autotests permettrait de découvrir 4.000 séropositivités et d’éviter 400 nouvelles infections chaque année. Car le nombre de contaminations stagne à plus de 6000/an et on estime à près de 70 000 le nombre de personnes porteuses du virus sans le savoir. Et c’est en ce sens que AIDES, membre du collectif [im]patients chroniques et associés, a lancé sa dernière campagne »Woody ». Elle s’adresse aux personnes »séro-interrogatives » (qui ne connaissent pas leur statut sérologique), et avance que l’on peut « mentir sans le savoir ». Alors se protéger, c’est se faire dépister !

Mathieu Brancourt

Pour savoir où trouver les militants de AIDES pour un test rapide près de chez soi, c’est sur depistage.aides.org