Connexion

Se rappeler de moi

Le « droit à l’oubli » ne doit pas exclure les malades chroniques !

François Hollande a annoncé ce matin la signature d’un protocole avec la Fédération Française des Sociétés d’Assurances afin de faciliter l’accès aux assurances pour les anciens malades. Pour le moment, seuls sont concernés les patients ayant eu un cancer avant l’âge de 15 ans (et dont les traitements se sont achevés il y a plus de 5 ans) et ceux ayant eu certains types de cancer comme le cancer des testicules ou de la thyroïde et dont ils sont déclarés en rémission. Ce protocole reste donc très restrictif par rapport au nombre de patients malades du cancer (en rémission ou non !) et omet les patients atteints d’une maladie chronique dont l’accès aux assurances est encore très difficile…

Le président de notre collectif, Michel Simon, a signé avec d’autres représentants patients une tribune parue ce jour sur l’express. En voici un extrait :

« Le système actuel prive les malades chroniques de la possibilité de réaliser leurs projets de vie. S’assurer est en effet une étape nécessaire dans beaucoup de situations, pour emprunter dans le cadre d’un achat immobilier, créer ou développer son activité professionnelle, se garantir une protection sociale convenable via la prévoyance, en cas de dépendance, etc. La complexité des procédures, les échecs et les revers sont si dissuasifs que nombreux sont ceux qui renoncent à faire connaître leur état de santé et effectuent de fausses déclarations. Outre le fait qu’ils se mettent dans l’illégalité, ils prennent également un risque considérable, celui de ne bénéficier d’aucune couverture en cas de difficulté de santé future, qu’elle soit liée ou non à leur maladie. »