Une équipe franco-espagnole de chercheurs en neurologie vient de découvrir une nouvelle facette d’une molécule présente chez tous les malades de Parkinson. Cette dernière serait la cause principale du développement de cette dégénérescence.